L’OIF rend hommage à Sidy Diallo et Aboubacar Traoré

Sidy Diallo, primé à Dak’Art 2014 et Aboubacar Traoré, primé aux Rencontres africaines de la photographie 2015, ont leurs œuvres exposées au Monument de la Renaissance, depuis le 4 mai 2016.

Dans le cadre de Dak’Art 2016, l’Organisation internationale de la francophonie, en partenariat avec le Monument de la Renaissance africaine, a décidé de rendre hommage à ses lauréats. A cet effet, le Commissaire d’exposition Lamine Alhassan Camara a été commis pour monter une exposition qui valorise le travail de deux jeunes artistes africains : Feu Sidy Diallo et Aboubacar Traoré.

A voir ses œuvres, il n’y a aucun doute, feu Sidy Diallo malgré son jeune âge était un génie. Dans une maîtrise parfaite de la technique du pointillisme, il a proposé des œuvres de belle facture sur des sujets aussi variés que la monétarisation des valeurs, la fuite des cerveaux africains, les défis du développement et la quête de la renaissance. Né en 1986, il a remporté en 2014, le prix de l’OIF à Dak’Art. Mais, malheureusement, ce talent n’ira pas au-delà des œuvres déjà crées. L’artiste plasticien est décédé le 22 août 2015, à l’âge de 28 ans.

A côté des œuvres de feu Sidy Diallo, le commissaire Lamine Alhassan Camara propose une exposition de photographies du célèbre photographe malien Aboubacar Traoré. Lauréat du prix de l’OIF lors de l’édition 2015 des Rencontres africaines de la photographie de Bamako, il y expose son travail photographique qui dénonce l’obscurantisme religieux.

Comme tout artiste Aboubacar Traoré est le témoin de son époque. Quand on connaît ce que le Mali vient de vivre avec l’occupation d’une partie de son territoire par les forces Djihadistes, l’on apprécie mieux les œuvres de ce jeune photographe. Il propose des personnages qui ont pour tête des calebasses noires, pour symboliser la deshumanisation de certaines personnes qui se cachent derrière la religion pour semer le malheur à travers le monde.

Nous sommes d’avis avec Racine Senghor, Administrateur du Monument de la Renaissance africaine pour dire que Sidy Diallo comme l’éclat d’un météore, s’est éteint prématurément et que Aboubacar Traoré contre la tragédie. Cette tragédie que l’humanité vit aujourd’hui à travers des attentats terroristes qui menacent la sécurité mondiale.

Lu 887 fois