FESPACO 2017: Une clôture tout en « Félicité »

Le festival panafricain du film a pris fin ce samedi 06 mars. L’étalon d’or s’est vu décerné à Alain Gomis, réalisateur franco-sénégalais pour son film ‘’Félicité’’’, alors que Daouda Coulibaly a remporté le prix du public avec son film ‘’WULU’’.


Ce samedi 4 mars marquait la clôture de la 25ème édition du FESPACO (Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou), avec pour thème « Formation et enjeux de la professionnalisation ». Pour l’occasion, le palais des sports de Ouaga 2000 a accueilli le public, venu des 4 coins du monde pour assister à l’évènement, qui se déroule tous les deux ans dans la capitale burkinabè. Pour la première fois, deux chefs d’États étaient présents à cette biennale du film africain : le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, et l’ivoirien Alassane Ouattara, dont le pays était l’invité d’honneur du festival. Ils ont d’ailleurs remis l’étalon d’or au cinéaste franco-sénégalais Alain Gomis, récompensé pour son film ‘’Félicité’’. Ce film, qui a remporté un Ours d’argent à Berlin il y a deux semaines, raconte la vie difficile d’une chanteuse de bar de Kinshasa.

L’étalon d’argent, il a été décerné à ‘’un orage africain’’ du réalisateur Sylvestre Amoussou. Anticolonialiste béninois, il met en scène un président africain face aux multinationales occidentales cyniques qui tentent vainement de le déstabiliser après des nationalisations. Durant le festival, le film avait déjà rencontré un immense succès auprès du public.

Le troisième prix, l’étalon de bronze, a été décerné au film marocain « A mile in my shoes » de Saïd Khallaf, qui filme la vie sordide d’un enfant d’un quartier populaire de Casablanca, victime de toutes sortes d’abus.

Le film Wulu du réalisateur franco-malien, Daouda Coulibaly, a remporté quant à lui le prix du public.

Au total, 150 films étaient en compétion. Avec plus de 100.000 téléspectateurs en salles, onze acteurs africains ont remportés des distinctions. Ils ont tous reçu la distinction de l’«ordre du mérite des arts, des lettres et de la communication avec agrafe cinématographique », en présence du ministre burkinabè en charge de la Culture. Parmi les récipiendaires, quatre ont été élevés au rang d’officiers, tandis que sept l’ont été au rang de chevalier, dont deux expatriés (un Ivoirien et un Congolais de la RDC).

La 26ème édition est prévu du 23 février au 2 mars 2019, et marquera le cinquantenaire du Fespaco. A son arrivée à Ougadougou, le président ivoirien a déclaré que « Le Fespaco est un événement essentiel pour le monde de la culture, pour les Africains, pour la diaspora, pour le monde entier et cette 25e édition montre à quel point le Fespaco est un succès burkinabè, ouest-africain, continental et même mondial. » Cette invitation de la Côte-d’Ivoire marque la réconciliation entre les deux pays voisins, en froid après la chute du président burkinabè Blaise Compaoré fin octobre 2014.

Lu 360 fois

Éléments similaires (par tag)