4ème édition du Festival International du Slam et de l’Humour: L’éducation et le dialogue interculturel au menu

L’Amphithéâtre de la Bibliothèque nationale du Mali a vibré, le lundi 13 mars 2017 dans l’après-midi, par la puissance du verbe accompagnée d’une dose d’humour.

C’était le lancement de la 4ème édition du Festival International du Slam et de l’Humour du Mali (Fish) couplé avec l’ouverture officielle de « Maison Agoratoire » sise à Lafiabougou. Cette édition sera marquée par des prestations des slameurs, des humoristes et des artistes chanteurs, des conférences débats, la compétition Massa Slam et du méga public show…

La cérémonie d’ouverture du festival s’est déroulée en présence de l’Adjoint au Maire de la Commune IV, Oumar Bassy Sanogo et du Directeur Artistique du Fish, Aziz Koné. Elle a enregistré également la présence des plusieurs personnalités de marque, notamment Moussa Mara, ancien Premier ministre, Moustapha Dicko, représentant du président de la République à l’Organisation Internationale de la Francophonie, les représentantes de l’ambassade du Canada et du Royaume des Pays-Bas et du Directeur national de la jeunesse.

Du 13 au 20 Mars 2017, les festivaliers auront droit à des prestations des slameurs, des humoristes et des artistes chanteurs. Des conférences débats, la compétition Massa Slam et le méga public show. Les slameurs venant du Sénégal, du Burkina-Faso, de la Cote d’ivoire, du Bénin, du Tchad… vont faire valoir leur talent d’art oratoire en rehaussant l’éclat de ce rendez-vous culturel.

L’objectif de cette manifestation culturelle est de contribuer à la promotion des valeurs culturelles et des édifices culturels à travers l’implication de la jeunesse. Aussi, il consiste à promouvoir le Slam et l’humour comme outil d’expression, de découverte, de rencontre et de partage culturel. Il permet également aux enfants, jeunes, parents et enseignants de se rassembler autour de la thématique : « Paix, éducation, citoyenneté et sécurité ».

Dans son intervention, Oumar Bassy Sanogo, Adjoint au Maire de la commune IV du District de Bamako a estimé que l’art n’est pas qu’une matière scolaire. Selon lui, il favorise aussi l’ouverture au monde et à soi-même. « L’art est le langage du sens et l’apprentissage des émotions. Nous sommes aujourd’hui à l’école de l’art car l’art et l’éducation sont complémentaires. La culture est un vecteur de paix et un catalyseur de la cohésion sociale. Nous ne pouvons aucunement rester en marge de l’organisation d’un festival qui nous apprend la vie, la paix et nous enseigne l’humanité », a-t-il indiqué.
Mamadi samba Sissoko, représentant du ministre de la culture, non moins président de la Bibliothèque nationale a laissé entendre que le Slam et l’Humour demandent une grande culture générale, de recherches documentaires conséquentes et beaucoup de créativité et d’imagination. « Le Slam et l’humour sont deux instruments qui permettent de susciter un véritable éveil de conscience. C’est pourquoi, le département de la culture du Mali ne pouvait que soutenir une telle initiative », a-t-il indiqué.

« Salam à tous, il est grand temps de dénouer les esprits flous par la force de l’humour et du slam. Bienvenue au Fish, ici l’art vous ravive le cœur. Vous passez le moment de partage car l’art se nourrit d’abord des échanges. Donnons du sens à nos mots sans distinction d’âges, ainsi nous exprimerons en dehors de nos cases et célébrerons vers le nuage (…) », a déclamé Aziz Koné, Directeur artistique du Fish pour ainsi souhaiter la chaleureuse bienvenue aux festivaliers.

Il a jouté que le Fish est une manifestation culturelle et artistique qui contribue à la consolidation de l’éducation de la paix et du dialogue interculturel en milieu juvénile à travers la promotion des activités culturelles et artistiques. Et de remercier à vive voix tous les partenaires ayant concouru à la réussite de cet événement.

Après la cérémonie d’ouverture, les participants ont convergé vers Lafiabougou pour l’ouverture officielle de l’espace culturel « Maison Agoratoire » qui servira dores déjà le point d’ancrage de l’expression des jeunes.

Faut-il le rappeler que les activités du Fish se déroulent à la Bibliothèque nationale, à l’Institut Français du Mali et au Terrain Chaaba de Lafiabougou.

Lu 155 fois