Mokobé nous parle de son featuring avec P. Square

Mokobé rapeur et acteur malien de passage à Bamako à bien voulu nous accorder une interview. Nous avons parlé de ces projets mais surtout de son album à venir avec en ligne de mire sa collaboration avec P. Square qui est très attendue en ce moment comme l'atteste les réseaux sociaux Twitter et Facebook.

Bonsoir Mokobé.
Bonsoir.

Nous sommes en 2015. Quel bilan faites-vous culturellement de l'année 2014?
Le bilan que je fais par rapport à l'année 2014. On va dire que... Bon Dieu merci le Mali n'est pas tombé. On a subit malheureusement une grosse crise qui a mis justement a mal  un peu le pays.
On sait que du Mali émerge de grands artistes. Il y a vraiment une grande culture musicale ici au Mali. Déjà avec nos doyens que ça soit Salif Kéita, que ça soit Oumou Sangaré, que ça soit Ali Farka Touré paix à son âme. On a perdu récemment une grande artiste de chez nous, Fantani Touré paix à son âme.
On va dire aussi que le rap au Mali se porte bien malgré les clash qu'il y a. J'espère que les choses vont s'arranger.
Ce que j'ai trouver de positif c'est les artistes travaillent beaucoup leur image. Actuellement les clips que les maliens nous proposent sont vraiment de qualité. On va dire qu'on avance.
Il y a Mohamed Diaby aussi dernièrement qui a sorti des morceaux, qui a cartonné. Voilà on va dire que tout ce passe bien. Moi je suis content en tout cas 2015 au niveau culturel j'espère qu'on va allez beaucoup plus loin.
Après je pense qu'il faut à tout prix que le ministre de la culture travaille davantage avec les artistes qui sont malheureusement un peu boycottés avec la piraterie c'est pas facile. Donc j'espère que ça va aller mieux.


Par rapport à votre actualité, qu'est ce que Mokobé prépare pour cette année 2015?
En fait, par rapport à mon actualité je m'étais mis en stand by pendant un petit moment parce que j'avais fais sorti deux gros albums avec énormement de morceaux qui ont très bien marché. Là je prépare un nouvel album inshallah qui va sortir au mois de mai et le premier gros single se sera avec P. Square.
Il va y avoir pas mal de collaborations. Pas sur tout le long de l'album mais il va y avoir quand même quelques grosses collaborations. Et on va dire que l'album c'est vraiment un mélange entre le hip hop et la musique africaine mais version 2015. L'album c'est toujours de mettre justement la culture africaine en avant, le continent en avant malgré ses peines et malgré ses joies. Dépeindre un peu le quotidien et surtout un album qui puisse donner encore plus d'espoirs puisque là malheureusement on eu quand même pas mal de mauvaises nouvelles en 2014 avec ebola c'est pour cela qu'on a fait le morceau avec Tiken. Je ne sais pas si vous avez vu? Voilà, avec Tiken, il y a aussi Oumou Sangaré, Mori Kanté, Amadou et Mariam, Awadi. Donc on va essayer de parler un peu de tout ça et essayer de faire avancer les choses parce que les jeunes maintenant préfèrent écouter de la musique que les politiques. Donc on a un rôle un peu, on est des leaders d'opinion, on représente la voix des sans voix donc c'est important de pouvoir dénoncer les injustices de pouvoir apporter un peu de l'espoir à travers la musique quoi. Un album c'est pas que personnel c'est un partage aussi.


Les points forts de l'année 2014?
En 2014 j'ai participé à un grand film, le crocodile du Botswanga. Mais Sinon en 2014 j'ai été calme. Vraiment Je me suis beaucoup reposé et d'ailleurs je le recent ce calme là puisque actuellement je suis là au Mali et tout le monde me dit alors c'est quand, c'est quand, c'est quand qu'arrive le nouvel album?
Après en 2014 j'ai sorti "CDouxDeh" histoire de donner un peu à manger, de dire voilà bon, il ya ça en attendant et voilà sinon l'album arrive très très lourd. Et justement je suis venu au Mali voir la famille pour me ressourcer pour voir de nouvelles inspirations de manière à attaquer la deuxième phase de l'album.

A propos des collaborations, envisagez-vous de collaborer avec des artistes locaux?
Ouais justement on est en pourparler. Je suis là justement pour voir un peu ce qui se donne, ce qui se passe. J'ai pu approcher quelques artistes. J'ai aussi croisé des artistes qui veulent collaborer avec moi. Je pense qu'il y a quelque chose, il y a un truc à faire. Et après j'ai un autre projet aussi c'est... L'album que je vais sortir c'est un album international et mais j'ai aussi envie de sortir un album pour le pays avec différents morceaux et je travaille dessus actuellement.

Des concerts en vus pour cette année?
Il va y avoir des concerts prévus pour cette année mais par rapport à Bamako je pense que se sera plus vers la rentrée 2015 vers septembre inshallah si Dieu me prête longue vie.

Le retour aux sources, aux origines est ce en profondeur?
Bien sure, parce qu'en fait, mon père est malien sénégalais et ma mère est malienne mauritanienne. Donc moi je connais très bien le Sénégal. J'ai ma famille la bas à Thiès, à darclaire, à Liberté VI.
C'est un rêve d'enfants de faire des morceaux avec Youssou N'Dour. Il n'a jamais fait de morceaux avec des rappeurs.
J'ai eu la chance vraiment de collaborer avec les plus grands artistes africains. Quand tu prends Youssou N'Dour, tu prends Salif Kéita, c'est vraiment des icônes de la musique africaines. Pour moi se sont les plus belles voix qu'on peut trouver en afrique. C'est des doyens c'est des monuments.
C'est vraiment des rêves d'enfants. Après il faut ps oublier d'ou on vient. Pourtant moi je  suis pas né en Afrique hein! Je suis né en France mais j'ai toujours senti ce besoin d'être là, de revenir aux sources, de valoriser la culture africaine et de mettre l'Afrique en avant. C'est l'Afrique qui gagne quoi. L'Afrique n'est pas le maillon faible. C'est continent riche de son histoire de sa culture, de ses terres. Pour moi c'était capitale de pouvoir en parler à travers ma musique.

Quel regard portez-vous sur le hip hop en France aujourd'hui?
Il y a de nouvelles têtes qui émerges en France c'est bien. Moi je suis pas trop dans les histoires de clash ou autres choses. Je suis plus dans un esprit d'unité, de fraternité.
Le rap à toujours eu ses qualités et ses défauts, a toujours eu ses anges et ses démons. Maintenant c'est vrai effectivement il y a toute une nouvelle génération qui arrive et c'est tant mieux. Le rap c'est de la musique écoutée par les jeunes.

Message a l'endroit des jeunes artistes et des jeunes du Mali en général ?
Le message que je veux juste leur lancer c'est vraiment qu'ils n'ont rien à envier aux Etats-unis ou à la France. C'est des artistes qui ont énormément de qualités. Et maintenant je pense que le Mali est un et indivisible donc il faut qu'on garde cet esprit d'unité, de fraternité et qu'on essais tous de se donner la main, se serrer la main pour pouvoir avancer. Je pense qu'on est là dans un même combat et si jamais on se divise on va se perdre. Voilà.


Interview réalisé par Patrick Tiess & Momar Niang

Votre avis compte. Laissez un commentaire

Patrick Tiess

Web developper de formation, Patrick Tiess s'intéresse à tous ce qui touche aux TIC. Il écrit régulièrement des billets pour Bamako360 et d'autres supports web.
Il est à l'origine du GeekCafé à Bamako qui est une rencontre informelle des personnes ayant en commun les TIC pour discuter, poser les problèmes, proposer des solutions, etc.

Éléments similaires (par tag)

Connectez-vous pour commenter