Bafing Kul, artiste reggae, auteur, compositeur et interprète

Né à Bamako, BAFING KUL, a forgé son talent au pays natal auprès de l’orchestre Babemba. Très tôt sensible à la souffrance du monde qui l’entoure, surtout des jeunes filles migrantes, il chante « 52 Bamako » pour dénoncer l’esclavage domestique. Ce fut le départ d’une carrière prometteuse.  Il s’oriente peu à peu vers la musique engagée.

Dès 1998, il porte haut le flambeau de la lutte contre à travers le Single démystification. Il n’est pas sans savoir que cette pratique courante d’hier, touche encore de nos jours 80% des maliennes, et des milliers dans le monde entier.

Auteur, compositeur et interprète, Bafing a choisi de se consacrer pleinement à la musique militante, dérogeant ainsi aux règles des traditions établies.

En 2002, il s’installe en France, où il collabore avec le (GAMS) pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles. Avec le soutien de cette organisation associative, il enregistre quatre morceaux au titre de : « Africa Paris ». Son premier album « YELEN» a été enregistré entre Bamako, Paris et Abidjan. Cette œuvre de référence a été  réalisée et mixé par Michael Sène, reconnu pour avoir travaillé avec les Wailers de Bob Marley l’icône planétaire du reggae.

En 2012, Bafing Kul fut nominé dans la catégorie de meilleur Album Reggae africain dans le cadre des Victoires du reggae. Onze titres contenus dans son album abordent des thèmes d’actualité alarmante. Artiste engagé, BAFING KUL plaide la justice sociale : le respect des droits de l’homme, l’égalité, la paix et l’amour, l’autosuffisance alimentaire, la santé et l’accès à éducation pour tous.

Bafing Kul puise son inspiration dans le quotidien de ses compatriotes. Sa grande spécificité, il s’accompagne de rythmes traditionnels en provenance de son pays avec les sonorités reggae. Ce mélange musical a donné naissance au « Appolo Reggae » qu’il distille à travers le monde. Sans complaisance, il se définit comme « un artiste militant pour l’Humanité, avec la musique comme seule arme contre l’ignorance et le fondamentalisme ».

Depuis l’occupation du nord du Mali par les groupes djihadistes il éleva la voix pour apporter  sa pierre au rétablissement de la stabilité de son pays natal  avec son nouveau titre « libérez mon  pays » un véritable cri de révolte.

Rappelons que l’artiste  Bafing Kul  a subi les foudres de la censure de la télévision malienne avec le titre Yèlèma qui dénonçant les tares de la société malienne.

Cela n’empêche, malgré les difficultés qui parsèment son chemin, il suit son destin  pour le plus grand Bonheur des peuples opprimés.

Votre avis compte. Laissez un commentaire

Éléments similaires (par tag)

  • Musique malienne et visite tactile au Tap

    Créée à Bamako en mars 2012, pendant que les rafales du coup d’État torpillent le Mali, la musique de Bassekou Kouyaté claque comme une gifle contre l’injustice et l’enfermement.

  • Luka Prod offre gratuitement le titre « A KƐRA KO YE BÌ (INTRO) »

    Pour présenter son album de 20 titres appelé « NAFOLO », réalisé avec plus d’une trentaine d’artistes du Mali, le beatmaker de génie LUKA PROD nous offre gratuitement le 7ème titre « A KƐRA KO YE BÌ (INTRO) », extrait de son nouvel album « NAFOLO ».

  • Oxmo Puccino le « Black Jacques Brel »

    Oxmo Puccino, de son vrai nom Abdoulaye Diarra (né en 1974 à Ségou, au Mali), est un rappeur français. La principale singularité d'Oxmo Puccino réside dans son écriture, basée sur les métaphores et les phrases chocs. Ce lien à la chanson française lui a valu le surnom de « Black Jacques Brel ».

  • Le rappeur Mylmo s’implique dans la lutte contre Ebola

    Le rappeur malien Mohamed Soumounou, plus connu sous le sobriquet de Mylmo, est l’artiste le plus impliqué dans la lutte contre la maladie à virus Ebola au Mali.

  • Fatoumata Diawara - Tout le monde l’appelle Fatou

    Fatoumata Diawara (tout le monde l’appelle Fatou) est née en 1982 en Côte d'Ivoire de parents maliens. Dès l'enfance, elle danse dans la troupe de son père ; elle rencontre un grand succès en exécutant l'extravagante danse didadi de Wassoulou, le pays de ses ancêtres au Mali occidental.

Connectez-vous pour commenter