“BI MOGOYA”: Le nouvel album d’Oumou Sangaré dans les bacs le 7 mai

  • O. D.
  • mercredi, 01 mars 2017 13:09
  • Publié dans Célébrités
  • Lu 457 fois

La diva du Wassoulou, Oumou Sangaré,  était face à la presse dimanche pour annoncer la sortie de son nouvel album le 7 mai 2017. “Bi Mogoya”, le titre de l’album, compte quatorze chansons.

“Bi Mogoya” est le titre du nouvel album que la diva du Wassoulou, Oumou Sangaré, s’apprête à mettre sur le marché discographique ce 7 mai. L’information a été donnée ce dimanche à la faveur d’une conférence de presse à la Résidence Wassoulou à Kalabancoura.

La rencontre a débuté par la projection de deux clips du nouvel album : “Fadjamou” et “Yèrè Faga Nyani”. Mélange de tradition et de modernisme, ces deux clips présagent un excellent produit.

Pour promouvoir le secteur de la musique malienne, l’artiste associe à ce projet un jeune  producteur de la place “88 Prod”.  L’album verra également la participation de plusieurs autres producteurs africains et d’Europe.  Pour sa promotion, Oumou Sangaré entame ce 28 février une tournée internationale jusqu’au 2 avril 2017.

“Bi Mogoya” est inspiré du parcours de l’artiste plein d’embûches. Oumou Sangaré évoque des mauvaises pratiques comme la haute  trahison devenue monnaie courante dans notre société. Elle invite les uns et les autres au retour à nos fondamentaux pour bâtir une société de clémence, de tolérance et de justice.

Pour les quatorze chansons, l’artiste n’a fait que deux semaines de studio. Le n’goni et le djembé sont associés à d’autres instruments modernes pour rendre plus consommable le produit. Tous les morceaux, assure-t-elle, sont hors-pair  et tirés du Wassoulou profond suite à des recherches et grâce à l’expertise de sa mère, une cantatrice.

La dernière galette “Seya” d’Oumou Sangaré est sortie en 2009. “De nos jours, sortir un album est un calvaire pour nous artistes maliens. Le Bureau malien du droit d’auteur ne fait rien pour protéger nos œuvres contre le piratage. C’est à la demande de mes fans que j’ai accepté de leur offrir ce nouvel album. Imaginez le clip : ‘Yèrè Faga Nyani’ a été tourné à près 100 000 euros, soit près de 66 millions de F CFA en Afrique du Sud”. Elle invite les autorités à soutenir la musique malienne.

Cette rencontre avec la presse a été bouclée par une prestation en  live de la diva sur une autre composition du nouvel opus dédié au Mali, dénommé “Mali Nyalé”, dans lequel elle invite les Maliens de toutes les sensibilités, de tous les bords à se donner la main pour un pays émergent avec ses diverses richesses. Elle invite la diaspora à regagner le bercail pour faire du Mali un eldorado.

L’artiste, en partenariat avec  l’agence Médias Plus, projette une dédicace pour le public malien.

Votre avis compte. Laissez un commentaire

Éléments similaires (par tag)

Connectez-vous pour commenter