Oumou Sangaré, le grand retour de la diva

  • Jacqueline Dakouo
  • jeudi, 06 juillet 2017 06:35
  • Publié dans Musique
  • Lu 267 fois

8 ans après son dernier album, Oumou Sangaré revient sur le devant de la scène avec une fournée spécialement consacrée aux maux de la société.

« Mogoya » sort officiellement ce 19 mai 2017.

Depuis « Seya », son dernier album et succès en date, la diva du Wassoulou a pris son temps. Le temps de concocter un petit bijou qui sort ce vendredi 19 mai 2017, « Mogoya », qu’elle-même traduit par « les relations humaines ». De ces relations humaines, elle dénonce les travers et magnifie les valeurs à travers 9 titres. « Les gens s’entretuent, ils ne respectent plus leur parole donnée. Les liens parentaux se sont dégradés de nos jours, l’être humain n’a plus de valeur », déplore Oumou Sangaré, qui veut attirer l’attention de ses contemporains sur la perte de repères qui menace l’humanité de perdition. Après s’être consacrée à ses multiples affaires, l’artiste businesswoman est donc de retour. De la sensibilisation contre le suicide dans « Yere faga », qui interpelle face au désespoir dans la société individualiste, à la quête d’identité dans « Fadjamou » (Qui es-tu ?), la chanteuse à la voix chaude embarque son public dans un questionnement individuel et collectif. Dans « Mali niale », elle appelle même les Maliens de la diaspora à rentrer construire leur pays. Cet album, c’est une forme d’engagement pour celle qui considère que « la musique évolue avec la société et donc nous devons aussi nous y adapter ». Un autre combat, celui de la préservation des instruments et sonorités traditionnelles. « Nous devons garder des places de choix à nos percussions comme le tam-tam. Autant vous avez de la modernité, autant des musiques de Wassulu profond dans cet album, à travers le djembé, le kamalengoni , le karnian », explique-t-elle.

Accent d’ailleurs Enregistré entre l’Europe et l’Afrique, « Mogoya » est aussi une invitation au voyage. Dans le clip du deuxième morceau, « Yere faga », on retrouve une jeune fille arpentant les rues d’un quartier périphérique d’une ville sud-africaine en exécutant de la danse contemporaine. Une manière de faire la promotion d’autres arts de la scène, à travers de jeunes artistes africains et européens qui ont été associés à la réalisation de l’album et des clips.

Et c’est hors du Mali qu’Oumou Sangaré a décidé de commencer la promotion de ce nouvel album. Elle entreprend actuellement une tournée en Europe, mais promet à ses fans de revenir dans quelques mois à Bamako pour un concert dédicace, comme elle seule en a le secret.

Votre avis compte. Laissez un commentaire

Éléments similaires (par tag)

Connectez-vous pour commenter