Il se nomme Siaka Traoré dit Niara Siaka, natif du Bélédougou, de la commune rurale de Tioriboubou, cercle de Kolokani. Artiste chanteur de son état, avec comme instrument préféré le Kamalen N’Goni inspiré des confins du Wassoulou avec les grands maîtres, à l’image de feu Toumani Koné, Niara Siaka est aujourd’hui animé d’une seule ambition : se produire et mettre sa propre marque sur le marché.