Conférence internationale sur le patrimoine culturel: l’heure du bilan!

  • Moussa MAGASSA
  • jeudi, 16 mars 2017 12:02
  • Publié dans Interview
  • Lu 339 fois

Une centaine de participants et des experts nationaux et internationaux sont attendus à Bamako les 14 et 15 mars prochains pour prendre à la conférence internationale sur les enjeux et défis liés à la protection du patrimoine culturel en zones de conflit.


Bamako accueille les 14 et 15 mars prochains, au centre de conférence Maeva Palace à l’ACI 2000, la conférence internationale sur les enjeux et défis liés à la protection du patrimoine culturel en zones de conflit. Quatre ans après le lancement des travaux du programme de réhabilitation du patrimoine culturel et de sauvegarde des manuscrits anciens du Mali, le bureau de l’UNESCO et ses partenaires techniques réuniront une fois de plus les experts nationaux et internationaux de ce secteur pour faire le bilan des quatre années de travail. Sont attendus dans la capitale malienne, près d’une centaine de participants. L’objectif, selon le chef du bureau de l’UNESCO au Mali est de restituer de manière exhaustive les résultats des programmes étendus sur les quatre années aux fins d’évaluer les impacts et de dégager les perspectives dans le but d’éclairer les stratégies publiques et d’inspirer les actions de la gestion durable et efficiente des biens culturels. Cet évènement sera aussi l’occasion de d’inaugurer l’exposition photo sur les activités réalisées dans le cadre du programme.

Manuscrits archivés et numérisés La crise de 2012 a énormément mis en danger le patrimoine culturel du Mali, dans ses composantes matérielles et immatérielles. La ville de Tombouctou inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO a connu d’énormes pertes. Les 14 des 16 mausolées de la ville ont été complètement détruits. Sans compter le monument de l’indépendance à l’effigie d’El Farouk et les 4203 manuscrits anciens brûlés ou volés. Face à cette situation, l’UNESCO et d’autres partenaires internationaux entendent archivés voir numérisés les manuscrits restants. Pour El Beukhari Ben Essayouti, chef de la mission culturelle de Tombouctou, « il n’y a pas beaucoup de manuscrits numérisés aujourd’hui, ils sont plutôt catalogués ou répertoriés », explique-t-il. Cela s’explique par le fait que « les détenteurs de ces manuscrits ont peur que les manuscrits soient vendus sur le marché public sans prendre en compte les droits d’auteur », affirme El Beukhari.

A l’heure actuelle, les 14 mausolées des saints dans la ville de Tombouctou ont été reconstruits ainsi que quatre autres mausolées supplémentaires réhabilités.

Votre avis compte. Laissez un commentaire

Éléments similaires (par tag)

Connectez-vous pour commenter