Anw Jigi Art présente « Les aventures de Nasredine Traoré »

« Les aventures de Nasredine Traoré » est une adaptation de l’histoire d’un personnage mythique du nom de Nasr Eddin Hodja, qui aurait vécu quelque part vers le moyen Orient de 1208 à 1284. « Les aventures de Nasredine Traoré », une mise en scène de Assitan Tangara et de Koami Vignon, traduit tout le talent de la Compagnie de recherche théâtrale « Anw Jigi Art ».


Succession d’une dizaine de petites histoires drôles, avec comme acteur principal Gaoussou Lamine Diallo dans le rôle de Nasredine Traoré, « Les aventures de Nasredine Traoré » embarquent le spectateur dans un voyage d’une heure de temps qui va par moment prendre l’allure d’un parcours initiatique.
Souvent apparaissant naïf, souvent très brillant d’esprit, Nasredine Traoré, restera tout au long de la pièce un philosophe d’une autre race. Dans une démarche dont il est le seul à en avoir le secret, il va par moment se jouer de ses compagnons avec une facilité déconcertante, qui pourrait friser la méchanceté.

Nasredine Traoré pendant une heure d’horloge va jouer le bouffon rusé qui va rouler partenaires et adversaires dans la farine. Quelque soit la complexité de la situation, il parviendra toujours à se tirer d’affaire avec une pirouette qui est loin d’être magique, mais inspirer par de fortes valeurs sociétales.
De son histoire de la petite souris qu’il aurait dressé sur dix ans pour faire ses commissions auprès de son épouse, à sa mort imaginaire, en passant par le vol de son âne, la corde à linge, la pièce d’or, la lettre, etc., Nasredine Traoré va tenir la dragée haute à tous ses adversaires. Mieux, il trouvera la méthode astucieuse de les abattre les uns après les autres.

Assitan Tangara qui joue le rôle de l’épouse de Nasredine Traoré et Koami Vignon, les metteurs en scène de cette pièce comique, mais très instructive, ont eu l’intelligence de choisir des artistes comédiens comme Awa Diassana, Honrine Diama, Delphine Sidibé et Bacary Dembélé (musicien et acteur).

C’est le lieu de saluer la musique au balafon de Bakary Dembélé qui amplifiait les faits et gestes de notre Nasredine Traoré.

Lu 699 fois